Max Mara sélectionne de nouveaux artistes pour la collection de lunettes 'Prism'


Les lunettes de soleil "Neoprism" de Max Mara conçues par le duo créatif CoopDPS. Image de courtoisie.

Pour l'édition 2019 du projet intitulée Neoprism, la marque de mode et son concessionnaire de lunettes de vue, Safilo, ont recruté le duo de designers CoopDPS.

Max Mara continue à expérimenter de manière créative avec des artistes contemporains.

Dans sa dernière collaboration pour la collection de lunettes de soleil de la marque, produite et distribuée par Safilo, la marque de mode italienne a fait appel au duo créatif CoopDPS pour créer un nouveau style baptisé MM DPS.

Dénommé Neoprism, le projet fait partie des liens permanents que Max Mara entretient avec des designers internationaux, Prism.

S'inspirant du logo du projet, la peintre française Nathalie Du Pasquier et le designer industriel anglais George Sowden ont créé un style original et amusant composé d'un cadre carré avec une bordure inférieure arrondie. Disponibles en deux variantes de couleur, telles que le noir avec les extrémités des branches rouges et l’orange avec les extrémités des branches jaune et rouge, les lunettes de soleil ont été produites en seulement 500 exemplaires.

Disponible à partir d'octobre chez les marques phares de Max Mara, ainsi que sur la boutique en ligne de la marque et auprès d'opticiens sélectionnés, les lunettes de soleil sont vendues à 300 euros.

Du Pasquier et Sowden se sont rencontrés pour la première fois en 1979 à Milan et ont collaboré depuis lors à différents projets de design. Par exemple, ils ont participé en tant que membres fondateurs à la première exposition de Memphis dans la ville en 1981. Jusqu'au milieu des années 80, le duo de créateurs a continué à travailler ensemble. avant de se séparer pour poursuivre des projets individuels. En 2014, les deux artistes se sont réunis pour créer le studio de création CoopDPS pour leurs projets de conception communs.

«Quand Max Mara nous a contactés, je pense qu'ils étaient intéressés par cette double approche», a noté Du Pasquier. «Lors de notre visite à Reggio Emilia et de notre rencontre avec Mme Laura Lusuardi [coordinatrice mode de Max Mara], nous avons découvert que la marque était née au moment de la reconstruction et du boom qui a suivi, dans les années cinquante. C’était une période d’espoir et il importait que les femmes ne soient pas seulement jolies, mais se lancent dans une vie active, en dehors de chez elles. J'ai aimé ce genre d'image classique, car en quelque sorte elle correspond à mes goûts: assez simple, pratique et élégante », a-t-elle déclaré.

Le couple a également souligné que leur visite au siège de Safilo à Padoue était une source d'inspiration pour le projet. «Ce fut une journée importante et révélatrice, une stimulation parfaite pour ma curiosité - les variations, les détails, l’importance de la qualité», a expliqué Sowden. «C’est notre inspiration, les personnes que nous avons rencontrées, l’ambiance, l’histoire derrière le client et leur contexte dans la croissance exponentielle et en constante évolution du monde de la mode», at-il ajouté.

Le duo créatif a également travaillé sur l’emballage en concevant une boîte en métal imprimée et une caisse en textile noir, qui représentent les «aspects ludiques» du projet, selon Du Pasquier. "Le prisme étant une combinaison d'un cercle et d'un carré est une idée plutôt" moderniste ", qui nous ramène à l'époque où les femmes ont commencé à participer à la vie active", a-t-elle souligné.

La collection Neoprism marque le quatrième effort de collaboration entre Max Mara, Safilo et des artistes contemporains, après les précédentes éditions dénommées Optiprism, Prism In Motion et, plus récemment, Lavaprisms, présentée en 2018 à la Milan Design Week.








Trôneroyal | Martino Carrera 

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.