Livres à avoir sur votre table de nuit


Livres à avoir sur votre table de nuit

Il est difficile de lire de bons livres ces jours-ci, n'est-ce pas? Toute la journée, nos emplois, nos familles et les tâches à accomplir sont soumises à de nombreuses exigences concurrentielles. Ensuite, avoir l'endurance nécessaire pour parcourir un chapitre d'un livre avant de se coucher est presque une autre tâche monumentale. Mais pour certaines d'entre nous, les vacances sont presque là !

Grâce à l'application iPad / Kindle, il est habituellement plus pratique de lire un livre entre les rendez-vous et les réunions. Les livres sur votre table de nuit, peuvent aider à vous balancer entre le moment où vous êtes à la maison et les moments de repos la journée ou avant de vous coucher. Tout dépend de votre emploi du temps, qui varie chaque jour. 

Voici quelques livres que nous vous proposons sur votre table de chevet ci-dessous à profiter de lire peut-être qui sait durant les vacances :




Londres, automne 1888. Les atrocités commises sur deux prostituées assassinées dans le quartier de Whitechapel vont convaincre l'inspecteur Lestrade de solliciter le célèbre spécialiste des affaires criminelles. Qui mieux que Sherlock Holmes, aidé du Dr Watson, saurait traquer l'homme qui sème désormais la terreur parmi la population de l'East End ?

Mais le grand détective ne sortira pas indemne de cette enquête. Pour démasquer son insaisissable adversaire, dont le nom, Jack l'Éventreur, restera longtemps gravé dans les mémoires, il devra enfreindre bien des règles, briser les codes, et tenter de sauver sa vie autant que sa réputation. 


Alors qu’une adolescente est en fugue, deux coéquipiers de l’enquêtrice Maud Graham en rencontrent la famille. À l’issue de cet entretien, les policiers sont convaincus d’une seule chose : on ne leur a pas tout dit. Serait-ce parce que le père est un homme politique bien en vue ? Parce que la sœur de la fugueuse ne veut pas être accusée d’avoir trahi sa jumelle ? Parce que la mère tient à protéger ceux qu’elle aime ? Pourtant, Graham ne peut concevoir que des parents ne fassent pas absolument tout pour que leur enfant soit retrouvé au plus vite.

Ce qui aurait pu se résumer à une banale rébellion adolescente s’avère être la première étape d’une enquête aux ramifications insoupçonnées devant lesquelles Maud Graham et ses collègues, portés par la volonté d’empêcher le pire, devront unir leurs forces.
 


Après Le feu et la fureur, le journaliste revient sur le bilan de l'année 2018 de la Maison-Blanche : enquêtes sur les proches du président, résultats des élections de mid-term, relations avec la Russie, etc. Il dévoile notamment des témoignages sur les efforts politiques et institutionnels de groupes de résistance répartis dans tout le pays qui oeuvrent à ébranler Donald Trump et son équipe.



Douze ans après le viol et le meurtre d'une jeune fille à Hafnarfjördur, une capsule témoin est déterrée à Reykjavik. Elle contient un message qui liste les initiales de futures victimes. Peu de temps après, deux mains coupées sont retrouvées dans un jacuzzi du centre-ville.

Prenez la route après le pub, suivez la ruelle aux murs de briques. Si les conditions sont réunies, vous devriez trouver Slade House. Une inconnue vous y accueillera, et vous invitera à entrer. Au début, vous n'aurez pas envie d'en partir. Ensuite, vous vous rendrez compte que partir est impossible... Tous les neuf ans, les habitants de cette maison, un frère et une sœur, proposent à quelqu'un de les rejoindre - quelqu'un de différent, de solitaire : un enfant précoce, un policier fraîchement divorcé, un étudiant timide. Mais que se passe - t'il vraiment à l'intérieur de la demeure ? Pour ceux qui le découvrent, il est déjà trop tard... Une histoire de maison hantée nouveau genre où pastiche, humour et terreur se mélangent, imaginée par l'audacieux David Mitchell (Les mille automnes de Jacob de Zoet et Cartographie des nuages). 



L’aube, le plein jour, la brunante : par une série de récits intimes, Antonine Maillet refait le parcours de sa vie avec le sourire en coin de celle qui n’a pas dit son dernier mot au Temps qui passe. Sur ce trajet ondulant entre les lignes, elle nous entraîne dans les voltiges et découvertes de l’enfance, revisite ses rêves et défis de femme du XXe siècle emportée dans une barque parfois difficile à mener, puis reprend son souffle pour l’élan de la dernière courbe. 
Bien sûr y sont abordées les grandes étapes des débuts de l’écriture comme le succès de ses titres les plus connus. On y trouve aussi de très belles pages relatant la maladie de la mère, la mort du père, les déchirures du corps, les années auprès de sa compagne Mecha, les doutes, la soif de vivre plus encore, de raconter toujours. Touchants, parfois tristes, souvent drôles, ces textes nous présentent une Antonine sans fard et sans complexes, qui joue franc le jeu du récit de soi, tout en clignant de l’œil à la vie.
 



Rose-Aimée Automne T. Morin a perdu son père quand elle avait seize ans. Atteint d'un cancer, il s'était donné une mission avant de mourir : offrir à sa fille les outils nécessaires pour qu'elle puisse devenir une féministe libre, affirmée, cultivée, déplacée, dérangeante, égoïste, qui aurait autre chose à faire que de s'excuser. La femme de trente ans qu'elle est devenue comprend qu'elle s'est fait imposer des valeurs et une personnalité dans l'urgence et, dans cet essai intime, tente d'explorer la construction de son « moi ». Sa quête la mènera à interroger d'autres personnes qui ont grandi dans un cadre hors de l'ordinaire. « Quand on nous a dicté une façon d'être, comment arriver à trouver le vrai de notre identité, quitte à faire le deuil de ce qu'on a toujours été ? »



Il faut plus que du talent et des compétences pour se démarquer dans l’univers professionnel ; nous avons tous eu l’occasion de l’observer à différentes reprises. Mais pourquoi certaines personnes arrivent à sortir du lot alors que d’autres semblent faire du sur place? C’est cet art subtil de créer un impact que le chasseur de têtes d’expérience Roger T. Duguay expose et explique dans ce livre.

Il met à profit des années d’expérience, de recherche et d’entrevues pour offrir tous les outils qui permettent de tirer le meilleur parti des activités professionnelles et sociales.



Ce livre propose un regard neuf sur le transfert d'entreprise. Il propose des pistes de solution à première vue étonnantes mais qui ont fait leurs preuves.


Pour entreprendre ce périple vers le pouvoir du moment présent, il nous faut laisser derrière nous notre esprit analytique et le faux moi qu'il a créé, c'est-à-dire l'ego.
Dès le début du premier chapitre, nous nous élevons rapidement vers des hauteurs où nous pourrons respirer un air plus léger propre à la spiritualité. Même si le périple où Eckart Tolle nous emmène présente des défis, le langage qu'il emploie est simple et le format question-réponse qu'il a choisi constitue un guide rassurant. Les mots ne sont eux-mêmes que des panneaux indicateurs. Si nous réussissons à être totalement dans l'ici-maintenant et à faire chaque pas dans le moment présent, si nous réussissons aussi à vraiment appréhender les réalités que sont notre corps énergétique, le lâcher-prise, le pardon et le non-manifeste, nous saurons nous ouvrir au pouvoir transformateur de l'instant présent.



*La déesse des mouches à feu*, c'est Catherine, quatorze ans, l'adolescence allée chez le diable. C'est l'année noire de toutes les premières fois. C'est 1996 à Chicoutimi-Nord, le punk rock, le fantôme de Kurt Cobain et les cheveux de Mia Wallace. Des petites crisses qui trippent sur Christiane F. et des gars beaux comme dans les films en noir et blanc. Le flânage au terminus et les batailles de skateux contre pouilleux en arrière du centre d'achats. L'hiver au campe dans le fin fond du bois, les plombs aux couteaux, le PCP vert et les baises floues au milieu des sacs de couchage. C'est aussi les parents à bout de souffle et les amants qui se font la guerre. Un jeep qui s'écrase dans un chêne centenaire, les eaux du déluge qui emportent la moitié d'une ville et des oiseaux perdus qu'on essaie de tuer en criant.


« La vulnérabilité appelle la vulnérabilité. La mort est en embuscade. L’aide sociale inadéquate et l’apathie médiatique renforcent cette hyperfragilité. Les femmes autochtones sont surreprésentées dans cette cohorte livide et silencieuse. Fétus de paille, brindilles, flocons de neige, éphémères, invisibles. »

Depuis 1980, près de 1 200 Amérindiennes canadiennes ont été assassinées ou ont disparu dans une indifférence quasi totale. Proportionnellement, ce chiffre officiel et scandaleux équivaut à 55 000 femmes françaises ou 7 000 Québécoises.

Dans ce récit bouleversant écrit au terme d’une longue enquête, Emmanuelle Walter donne chair aux statistiques et raconte l’histoire de deux adolescentes, Maisy Odjick et Shannon Alexander. Originaires de l’ouest du Québec, elles sont portées disparues depuis septembre 2008. De témoignages en portraits, de coupures de presse en documents officiels, la journaliste découvre effarée ces vies fauchées. Sœurs volées apporte la preuve que le Canada est bel et bien le théâtre d’un féminicide.

Avec des textes de Widia Larivière, Laurie Odjick, Connie Greyeyes et Helen Knott. 




Ce livre est une incitation à la tendresse. Un éloge de l’étreinte. Tous les corps y sont beaux. Leur intimité résonne sur toute la surface du globe. Ils font l’amour, les mots s’enlacent et l’univers devient une caresse. Ils font l’amour comme à l’origine du monde. Parce que nous venons de là : du contact entre les êtres. Ils font l’amour qui n’arrête jamais. Comme un acte de résistance contre ce qui ronge notre rapport au corps et à la sexualité. Une célébration de l’érotisme revendiquant la part féminine et la part masculine en chacun et chacune de nous. Un appel au plaisir. Au consentement. À la douceur et à l’euphorie du désir. La joie nommée des mains, des peaux, des bouches et des sexes.








Trôneroyal